L’Algérie 7e plus gros importateur

Les prix du sucre plongent sur le marché mondial

L’Algérie 7e plus gros importateur

Le rapport trimestriel de l’Organisation internationale du sucre (ISO), publié le 31 mai, indique que la récolte de sucre pour la saison d’octobre 2016 à septembre 2017 sera moins importante que prévu.

La production de sucre devrait atteindre 165,92 millions de tonnes (alors qu’elle tablait sur 168,33 millions de tonnes en février). Toutefois, la demande serait également revue à la baisse avec 172,39 millions de tonnes, contre 174,20 millions.

Surplus de production 

Les marchés se focalisent en revanche sur la perspective de récoltes abondantes à venir. Le rapport prévoit pour les saisons 2017-2018 et 2018-2019 un surplus de production, ce qui devrait engendrer une baisse des prix. « L’ISO estime qu’il pourrait y avoir un surplus de production de 3 millions de tonnes sur la saison 2017-2018, en raison d’une production grandissante au Brésil (le plus gros producteur mondial, NDLR) », notent les analystes de Commerzbank. La hausse prévisible des récoltes durant les deux prochaines saisons a provoqué une forte pression à la baisse sur les prix, selon l’Iso. Les prix du sucre blanc sont passés de 556,25 dollars/t le 21 février à seulement 435,70 dollars/t le 5 mai, selon l’organisation internationale. Les cours du sucre brut ont diminué d’environ 21,50 centimes/lb (livre) à la mi-février à 15,43 centimes/lb le 27 avril, le plus bas depuis 12 mois. Vendredi 1er juin, le sucre a atteint son plus bas depuis plus de 14 mois, à 418,10 dollars à Londres pour la tonne de sucre blanc et à 14,09 cents à New York pour la livre (0,45 gramme) de sucre brut. Les marchés anticipent une hausse de la récolte durant les deux prochaines saisons.

Une consommation excessive en Algérie

L’Algérie est le 7ème plus gros importateur mondial de sucre avec 1,53 million de tonnes annuelles, selon l’ISO. Selon une étude du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, réalisée en septembre 2016, le pays consomme trois fois plus de sucre et de matières grasses par rapport aux normes internationales. Ce qui n’empêche toutefois pas le gouvernement de miser sur le développement des raffineries de sucre pour baisser les prix.

Read 463 times Last modified on dimanche, 04 juin 2017 16:31

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.