L’U.D.L. sur une rampe décisive.

 

L’U.D.L. sur une rampe décisive.

Militant d’une Algérie démocratique et plurielle, Mohamed Abdiche est un des fondateurs de l’U.D.L, Union pour la Démocratie et les Libertés, un parti prônant la démocratie comme cheval de bataille politique, et la liberté d’entreprendre, comme ossature économique. Monsieur Abdiche, l’homme donc, un vieux briscard des défis vitaux, ne s’est jamais départi de ses engagements ni de ses responsabilités, il a toujours assumé pleinement sa mission, et, avec rigueur et sérénité, ce n’est pas simple de dompter un avion de ligne dans des turbulences atmosphériques exécrables, lui l’a fait et combien de fois, ses prouesses de pilote ont épargné combien de vies, seulement, en modeste bonhomme, lui, il n’en souffle jamais mot, ce sont ses coéquipiers qui en parlent en le portant au summum de l’héroïsme. Dans des témoignages dignes des séries adrénergiques, son personnel navigant narre des exploits dont l’issue aurait été fatale sans ses augures. En citoyen, notre commandant de bord ne déroge point à cette attitude au contraire, d’ailleurs, les gens de Boudouaou vous confirmeront sa légendaire affabilité, et pas seulement, son assurance et son discernement devant l’inextricable, ont fait de lui le consultant incontournable des gens en pâture à diverses strates, sociales, administratives, ou relationnelles soient-elles, il parraine le démuni, rassure le désespéré, compati aux douleurs des tiers. En politique, c’est le prolongement de l’esprit de meneur d’hommes et de conscience de pondération qui prévalent chez ce militant des causes justes et de la justice sociale. Ses actions s’ordonnent et emboîtent le pas à ses idées, en orfèvre du mot, il cisaille avec une fine éloquence et une conviction avérées, les stratégies de son mouvement. Mohamed Abdiche ne laisse personne indifférent, à l’écouter disserter sur les thèses que développerait son parti s’il arrivait au pouvoir, l’auditoire tombe sous le charme de ce rhétoricien aguerri et, d’aucuns adhèrent sans hésitation, mais alors aucune, à sa logique existentielle. Surfant sur les vécus contextuels de notre société, comme, des hauteurs, il détaillait les paysages de son cockpit d’avion, l’œil vigilant, le raisonnement mûr, l’homme de rigueur qui inspire la sécurité, se confie en exclusivité à notre quotidien.

Le citoyen :  Pourquoi ne voit-on pas vos activités sur la scène politique nationale, alors que vous êtes un parti agréé ?
M. Abdiche. Question pertinente, merci de me donner l’opportunité d’en parler, car, c’est là que réside le nœud gordien du dilemme que vit notre entité politique “l’UDL“. Comme parti, Nous sommes régulièrement consultés quant aux projets ou pour des chantiers institutionnels, et retenez bien, que c’est la première institution de notre pays, la Présidence qui nous invite à ce faire.
ependant, concernant notre visibilité politique en société ou notre participation aux diverses élections, c’est le désert ordonnable dont personne ne veut déclamer l’ode. Les premiers temps on faisait une fixation sur le congrès, on l’a tenu finalement ce fameux congrès, et on a renouvelé toutes les instances du parti depuis, mais rien n’y fait, le ministère de l’intérieur reste sourd à nos doléances, pourtant, notre dossier est ficelé dans le strict respect des lois de la république, le cas de notre parti reste une énigme pour moi. Le citoyen. Que comptez-vous faire pour remédier à cela, et, vous placer éventuellement dans l’optique des prochaines échéances électorales ?
Mohamed Abdiche. Notre vœu, c’est d’être écoutés et rétablis dans notre droit d’exercer l’action politique en toute légalité, et, de prendre part à la construction d’un état d’institutions représentatives, bien sûr qu’on participera aux élections, toutes les élection, il n’y’a pas de République sans le suffrage universel. A cet effet, j’appelle Monsieur le Président de la république pour cette ultime doléance de réhabilitation, il n’y’en aura certainement pas d’autres, car trop c’est TROP, on ira certainement vers la dissolution du parti, si rien n’est entrepris.
Le citoyen. Votre dernier mot.
Mohamed Abdiche. Je souhaite vivement que la raison retrouve ses marques dans ce qui se passe actuellement dans notre pays. Gloire aux Chouhadas. Vive l’Algérie. SAHA AIDKOUM.

Read 99 times

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.