Une agence nationale du numérique pour la fin du semestre en cours

Une agence nationale du numérique pour la fin du semestre en cours

Une agence nationale de numérique, composée de représentants des secteurs concernés, sera mise en place avant la fin du semestre courant pour le développement de ce domaine et son intégration dans l'économie nationale, a indiqué samedi une représentante du Premier ministère.

 

Lors d'une conférence à l'occasion du lancement de la caravane de sensibilisation à l'importance de la numérisation, de l'entrepreneuriat et du E-paiement, Fatiha Slimani a indiqué que "la nouvelle stratégie du Gouvernement encourage les jeunes à l'entrepreneuriat, notamment en matière du numérique qui contribue au développement de l'économie nationale", ajoutant que "le Premier ministre à donner des instructions pour l'accueil, le soutien et l'accompagnement de tous les porteurs d'idées, désirant créer leurs propres entreprises dans ce domaine".

A ce propos, elle a annoncé la mise en place, avant la fin du semestre en cours, d'une agence nationale du numérique, composée de représentants des secteurs et acteurs concernés, dont l'objectif sera le développement de ce domaine et son intégration dans l'économie nationale.

Cette agence permettra à l'Algérie de se positionner au niveau international grâce à son potentiel dans ce domaine, particulièrement les compétences et les capacités dont jouissent les jeunes algériens en la matière, a-t-elle estimé.

Pour sa part, le ministre de la Micro entreprise, des startups et de l'économie de la connaissance, Yassine Djeridene a indiqué que la création de son département dénotait de l'intérêt accordé par le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, aux jeunes et à leurs aspirations, estimant impératif d'œuvrer à la construction d'une nouvelle économie fondée sur le savoir et le numérique pour faciliter au citoyen les procédures et booster l'économie nationale.

De son côté, le ministre du Commerce, Kamel Rezig, a affirmé que le projet de numérisation en Algérie était "ambitieux" d'où l'importance de l'adhésion de tous les concernés.

Il a affirmé, dans ce sens, que son département "soutiendra cette entreprise par tous les moyens afin d'atteindre, au moins 50% de transactions commerciales et monétiques via les moyens de paiement électronique, à l'horizon 2023".

Le ministre délégué chargé des Start-up, Yacine Walid a estimé que "les initiatives de généralisation du numérique en Algérie dénote la détermination des jeunes algériens à relancer l'économie nationale et à son édification sur le savoir et les nouvelles technologies", ajoutant que "les start-up permettront à l'économie nationale de réaliser un bond qualitatif et que les portes de son département sont ouvertes devant les jeunes désirant travailler dans ce domaine".

De son côté, le ministre délégué chargé du Commerce extérieur, Aïssa Bekkai a mis en avant "l'impératif de développer une économie nationale basée sur le savoir et le numérique en vue de promouvoir de nouveaux services et des richesses alternatives au pétrole, mais aussi exportables".

Le ministre délégué chargé des Incubateurs, Nassim Diafat a mis l'accent, également, sur "l'importance de la relance des entreprises numériques privées en vue de développer l'économie nationale".

Le représentant du ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire a fait état d'instructions aux walis pour l'accompagnement des actions de la caravane de sensibilisation à l'importance du numérique, de l'entrepreneuriat et du é-paiement à travers toutes les wilayas concernées.

Le wali d'Alger, Abdelkhalek Sayouda, a indiqué, pour sa part, que "le soutien aux entreprises numériques et aux start-up constitue l'un des pilier de la nouvelle économie nationale", affichant la disponibilité de ses services à accompagner les jeunes investisseurs dans ce domaine par différents moyens à commencer par la mise à leur disposition de locaux pour ouvrir leurs entreprises".

Le responsable de la caravane de sensibilisation à l'importance du numérique, de l'entrepreneuriat et du e-paiement, Mourad Mechta a indiqué, quant à lui, que cette deuxième édition de "La génération digitale Algérie", sera organisée sous le patronage du Premier ministère en coordination avec les ministères de l'Intérieur, des collectivités locales et de l'aménagement du territoire, du Commerce, du Travail, de l'emploi et de la sécurité sociale avec la participation de la wilaya d'Alger.

Cette édition verra la participation de 1500 ambassadeurs du numérique à travers 20 wilayas, à savoir Alger, Béchar, Ghardaïa, Ouargla, Laghouat, Djelfa, El Oued, Biskra, Bordj Bou Arreridj, Sétif, Constantine, Batna, Annaba, Skikda, Béjaïa, Tizi Ouzou, Oran, Sidi Bel Abbes, Tlemcen et Mostaganem, a-t-il soutenu, soulignant la possibilité de sa généralisation à d'autres wilayas.

La manifestation sera organisée en ateliers portant sur tous les secteurs partenaires et les différentes franges sociales, elle commencera dans les universités du 25 janvier au 12 mars, puis au salon prévu du 14 au 16 mars, avant de sillonner les wilayas, du 19 mars au 30 juillet, avec au programme des conférences et des ateliers de sensibilisation à l'entrepreneuriat outre des concours de la meilleure start-up, du défi des sponsors et des partenaires pour la réalisation de leurs exigences numériques.

Parmi les universités et les écoles devant prendre part à la manifestation, M. Mechta a cité l'Université des Sciences et de la Technologie Houari-Boumediene (USTHB), l'Ecole nationale supérieure d'informatique (ENSI), l'Ecole nationale polytechnique (ENP), l'Ecole nationale supérieure d'agronomie (ENSA), l'Ecole nationale supérieure de technologie et le pôle universitaire de Koléa, l'Université de Boumerdès, l'Université Saad Dahlab de Blida, l'Université d'Alger, l'Ecole supérieure d'Hôtellerie et l'Ecole nationale d'administration (ENA).

Read 275 times

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.