Appel à un soutien régional et international pour ramener la paix au Yémen

 

Appel à un soutien régional et international pour ramener la paix au Yémen

 

L'envoyé de l'ONU au Yémen, Martin Griffiths, a appelé à un soutien régional et international pour remettre le pays sur la voie de la paix, selon un communiqué émanant du bureau du responsable onusien.

 

"Griffiths a conclu lundi une visite de deux jours en Egypte, au cours de laquelle il a rencontré le ministre des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, ainsi qu’un certain nombre de représentants des partis politiques yéménites, des cheikhs tribaux, des femmes, des représentants de la société civile et des journalistes", a indiqué un communiqué publié mardi.

M. Griffiths a également tenu une réunion au Caire, par visioconférence, avec le président du Parlement yéménite, Sultan al-Barakani.

La même source indique que Griffiths "avait informé Shoukry et Aboul Gheit des efforts en cours pour parvenir à un cessez-le-feu au Yémen, améliorer la situation humanitaire et relancer un processus politique global pour résoudre le conflit".

Le responsable onusien également a souligné "l'importance du soutien régional et international pour remettre le Yémen sur la voie de la paix".

"Les deux parties (le gouvernement et le mouvement Houthi) doivent placer les besoins du peuple yéménite en tête de leurs priorités, mettre fin aux combats et s'engager sérieusement dans les efforts des Nations Unies. Je continuerai à jouer les bons offices avec le soutien des parties prenantes concernées, aux niveaux régional et international, pour mettre fin aux hostilités militaires, atténuer le poids des souffrances et parvenir à un règlement pacifique et durable pour résoudre le conflit au Yémen", a ajouté Griffiths.

Samedi, le responsable onusien était arrivé au Caire en visite officielle pour discuter des moyens de résoudre la crise au Yémen.

Le Yémen fait face à une guerre depuis 2014 entre les forces du gouvernement reconnu par la communauté internationale et le mouvement "Ansarullah" (Houthis) qui ont pris le contrôle d'une partie du territoire yéménite, dont la capitale Sanaa. La situation s'est encore compliquée avec l'intervention de l'Arabie saoudite en 2015, dirigeant une Coalition qui mène des opérations militaires pour soutenir les forces gouvernementales yéménites.

La guerre au Yémen, en cours pour la sixième année, a coûté la vie à 233 000 personnes, tandis que 80% de la population d'environ 30 millions de personnes dépend de l'aide pour survivre dans la pire crise humanitaire au monde, selon les Nations Unies.

 
Read 598 times

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.