La décolonisation du Sahara occidental au centre d'une conférence à Paris

La décolonisation du Sahara occidental au centre d'une conférence à Paris

La décolonisation du Sahara occidental et le processus politique supervisé par Nations Unies depuis 1991 entre les parties au conflit, le Front Polisario et le royaume du Maroc, ont été au centre d'une Conférence, tenue mardi, à l'université de Descartes à Paris.

 

Dans le cadre des activités de la "Semaine de solidarité dans la capitale française", la délégation sahraouie participant à cet événement, est revenue longuement devant les étudiants en Master 2 sciences humaines et sociales à l'Université prestigieuse de Descartes, sur la question de la décolonisation au Sahara occidental et le processus politique supervisé par Nations Unies entre les parties au conflit du Front Polisario en tant que seul représentant légitime du peuple sahraoui et du Royaume du Maroc en tant que puissance militaire occupante du territoire.

Le membre de la délégation, Hamdi Ammar, responsable des relations exterieurs de l'Union de la jeunesse sahraouie, a évoqué "la situation sécuritaire en Afrique du Nord en l'absence de solution au conflit du Sahara occidental en raison de la procrastination du régime marocain soutenu par certaines puissances étrangères", tout en expliquant que cela a des répercussions négatives sur la région dans son ensemble ainsi que sur l'Europe, en particulier les pays du Sud.

Il a également souligné les souffrances endurées par le peuple sahraoui du fait de la poursuite de l'occupation du Maroc et la complicité des entreprises multinationales et de l'Union européenne dans le pillage systématique et dangereux des ressources naturelles sahraouies.

De son côté, le défenseur sahraoui des droits de l'Homme, M. Hasna Moulay Dahi, s'est concentré sur la question sahraouie du point de vue du droit international, voie par laquelle le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté une série de résolutions au cours des dernières années, exposant ainsi aux étudiants la situation des droits de l'Homme dans les villes sahraouies occupées.

Il a abordé également les violations flagrantes, de l'occupant marocain, du droit international humanitaire et de la quatrième Convention de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre ou sous une occupation militaire.

Il convient de noter que la conférence incluse dans le programme de conférences au profit des étudiants, à laquelle ont assisté le président de l'Observatoire sahraoui pour les femmes et les enfants, Youssef Mohamed Abdel Kader, et la militante sud-africaine dans le domaine de l'environnement et des droits de l'Homme, Catherine Constantinidis, a été l'occasion pour une longue discussion entre les étudiants sur divers aspects du conflit au Sahara occidental.

Read 416 times

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.