L’Allemagne l’emporte dans la douleur face au Chili

Coupe des Confédérations

L’Allemagne l’emporte dans la douleur face au Chili

Le Chili et l’Allemagne se disputaient le titre de vainqueur de coupe des Confédérations. Les deux formations s’étaient quittées sur un nul 1-1 lors de la phase de poules et avaient l’occasion de définitivement se départager.

Face à une jeune équipe allemande où le capitaine Draxler était titulaire, le Chili répondait par sa solide expérience des grandes compétitions. Avec les Medel, Aranguiz, Vidal ou encore Sanchez, la Roja prenait un départ canon dans cette rencontre. Placés très haut sur le terrain, les Chiliens exerçaient un énorme pressing qui payait d’entrée.Ils faisaient vivre un véritable enfer durant les 20 premières minutes aux Allemands. Sanchez écrasait sa frappe (2e), ter Stegen s’interposait à bout portant face à Vidal (5e) avant que le milieu du Bayern ne manque le cadre (7e). Vargas à son tour s’essayait sans trouver la mire (11e) avant d’échouer à son tour face au portier allemand (13e). Sauveur de son équipe jusqu’ici, ter Stegen offrait une grosse opportunité à Sanchez qui ratait son coup (19e). L’Allemagne ne voyait pas le jour et pourtant, c’est bien elle qui ouvrait le score.

 Le réalisme allemand fait la différence

Elle peut remercier Marcelo Diaz coupable d’une grosse bourde. Le défenseur perdait le ballon ce dont profitait Werner pour servir Stindl seul face au but vide (0-1, 20e). Le manque de réalisme de la Roja sera encore criant par la suite avec ce nouvel échec d’Aranguiz (24e). Dominée, la Mannschaft rectifiait tout de même légèrement le tir avec quelques situations en contre (36e, 40e) et surtout cette nouvelle erreur chilienne dont Goretzka n’a pas su profiter (45e). Les Allemands repartaient sur leur bonne dynamique en seconde période. Ils se trouvaient mieux sur le terrain et parvenaient à faire circuler le ballon. Draxler n’était pas loin de corser l’addition (55e).Les esprits s’échauffaient sérieusement à l’heure de jeu. Les contacts étaient nombreux et de plus en plus violents mais les deux formations restaient miraculeusement à 11. Mené, le Chili donnait tout pour égaliser. Rudy contrait la tentative d’Alexis Sanchez (72e), Vargas se ratait (74e) et ter Stegen gardait la main ferme sur ce tir en pivot de Vidal (75e) puis face à Aranguiz (80e). Sagal lui manquait l’immanquable face au but déserté par ter Stegen sur un magnifique travail de Puch (84e). Un dernier coup-franc d’Alexis Sanchez repoussé par le gardien du Barça (90e+3) et l’Allemagne inscrit son nom pour la première fois au palmarès.

Read 710 times Last modified on lundi, 03 juillet 2017 23:20

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.